Les Installations

Lac de Buffières à Serrières de Briord (01)

 

Tout au long du festival, du vendredi au dimanche soir seront présentes sur le site des installations artistiques : 

  • Mélanie Bourlon et son bestiaire en papier mâché

« L’artiste sculpteur, Mélanie Bourlon, aime les matières dites pauvres, brutes qu’elle glane, récupère puis détourne : mettre en valeur les choses simples est un parti-pris de l’artiste. Elle travaille ses œuvres avec un regard d’ethnologue, d’insatiable passionnée et de « petite » main de couture… sur papier mâché. Le papier mâché a été une rencontre forte et intimiste qui remonte à ses années de brocante, époque où elle collectionnait les vieux papiers peints et autres pages parcheminés de livres anciens. Sous ses doigts, le papier mâché prend forme, âme et presque cœur ! Mélanie Bourlon arrête le temps en créant un bestiaire fantasmagorique plus vrai que nature et revisite le vêtement et les accessoires du XVIIIème siècle, avec elle on franchit subtilement la limite entre le réel et l’irréel. »
Il vous est vivement recommandé de visiter son Atelier-Galerie, 17 grande rue de Ciers aux Avenières.

  • Yvon BARBASTE l’homme qui sculptait les arbres

Photographe animalier dans l’équipe de Frédéric Rossif puis artisan paysagiste, grand amoureux de la nature, Yvon Barbaste redonne vie à des souches ou des troncs d’arbres morts : « il est vrai que pour cet amoureux de la nature le pas était plus facilement franchissable, de l’arbre vivant à l’arbre mort, puis de l’arbre mort à sa renaissance, grâce à la sculpture ».
Ainsi troncs de cade (genévrier), de chênes, d’oliviers ou d’ormeaux pour la plupart centenaires revivent sous l’inspiration de l’artiste.
Suivant la forme de la souche apparaissent alors cigogne, femme lunaire, esprit des forêts, danseur, mygale… 

 

  • Thierry CHASSAGNAC et ses sculptures grillagées

Géologue de formation, Thierry Chassagnac , se tourne très tôt vers l’art. Son objectif est de créer une nouvelle façon de voir fondée sur la mécanique quantique et une manière d’interpréter la matière d’origine orientale : vacuité, absence d’existence propre des entités, interdépendance des phénomènes.
La réalité que nous percevons n’est pas pleinement extérieure. Le regard sélectionne, trie et transforme le perçu. Nous construisons les images autant que nous les recevons.
Thierry Chassagnac tente de compléter notre vision fragmentée en proposant des sculptures faites en grillage.
Continuum C, alias Thierry Chassagnac, invite l’observateur à briser ses repères en lui proposant des espaces méditatifs construits autour de dispositifs trompe l’oeil, de mise en mouvement, de boucles hallucinatoires vidéo.
Pour les curieux, voici l’adresse du site qui vous donnera une vision plus complète de son œuvre : Continuum-C – Thierry Chassagnac

  • Installations en Land’Art réalisées avec les enfants de Serrières de Briord et de Lompnas
  • Et quelques objets insolites, par-ci, par-là…